Exposition Passion de collectionneurs, 2e volet

Culture & loisirs 16 sep / 30 jan

La Ville de Nouméa présente, à la maison Higginson, l’exposition « Passion de Collectionneurs 2 ». Elle fait suite au premier volet, proposé en 2018 et met davantage en lumière l’histoire se rattachant aux œuvres, pour un voyage à travers le temps et le Pacifique :  portraits, paysages idylliques, groupes de personnes, habitations et scènes de vie en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française entre le XIXe et le XXe siècle.
La centaine de tableaux présentés est issue du fonds d’art de la ville de Nouméa et de collections particulières.

 

UNE EXPOSITION EN QUATRE TEMPS
 

Cette exposition se décline en quatre grandes sections, selon différentes époques.

Les œuvres les plus anciennes que les Européens aient produites dans le Pacifique se situent vers le XVIe avec une importante production graphique des artistes-naturalistes associés, à l’époque, aux expéditions d’exploration européenne. Mais la plupart des œuvres datent des XIXe et XXe siècles, avec les peintres exilés volontaires et voyageurs.

Une centaine de tableaux seront mis en lumière dans cette exposition, aux techniques très variées : huile sur toile, huile sur isorel, mine de plomb, gouache, aquarelle, fusain, sanguine, pastel, encre sur papier, techniques mixtes.


Le vernissage aura lieu le mardi 15 septembre à 18h.

DANS LE SILLAGE DES NATURALISTES : LES ARTISTES, TÉMOINS DES IMPLANTATIONS COLONIALES

Gaston Roullet
La rade de Nouméa en 1889
Huile sur toile, 1890
150 x 242 cm
Fonds d’art de la Ville de Nouméa

 

 

 

 

 

Dans l’Océanie de la fin du XIXe siècle, les peintres sont encore rares. Ceux venus de leur gré, qu’ils soient marins comme Osmond Romieux ou Pierre Loti, artistes s’étant embarqués sur des navires comme Sébastien Charles Giraud, ou peintres de la Marine comme Gaston Roullet, travaillent avec application, conscients de participer à l’expansion de l’Empire.

Toutes ces œuvres, précieuses par leur rareté et par la fragilité de leur support (papier le plus souvent), entrent en compétition progressive avec la photographie. Le développement de celle-ci va d’ailleurs définitivement transformer le regard des peintres du siècle suivant, puisqu’ils auront à trouver d’autres moyens que la stricte représentation du réel pour exprimer leur sensibilité. 

DANS L’OMBRE DE GAUGUIN : LES EXILS VOLONTAIRES EN POLYNÉSIE

Charles Alfred Lemoine
Takatini
Huile sur toile, 1915
30 x 21 cm
Collection particulière

Le destin tragique de Paul Gauguin, entre émerveillement et déchéance, a puissamment marqué les Européens. En effet, il envoyait régulièrement ses productions tahitiennes à son marchand Ambroise Vollard. Ainsi, grâce aux expositions parisiennes, au témoignage ému de Victor Segalen devant son atelier vide à Hiva Oa, l’Occident a pu prendre conscience du moteur de création artistique que fut pour lui la rencontre avec la Polynésie.

Ceux qui sont présentés dans cette section, comme Serge Grès, Adriaan Herman Gouwe, William Alister Macdonald ou Octave Morillot, partagent avec Gauguin le caractère définitif de leur immersion polynésienne : séduits, envoûtés, adoptés, un ultime retour vers la vieille Europe leur était impossible.

 

 

 

 

 
AU GRÉ DES AFFECTATIONS : LES PEINTRES VOYAGEURS

Henri Dumien
Sans titre

Huile sur panneau d’isorel, vers 1944
46 x 55 cm
Collection particulière

Certains artistes ont fait le choix de représenter les lointains, pour rendre compte, non sans parfois se bercer d’illusions, des particularités du monde.

Véritable marqueur de la première moitié du XXe siècle, à l’heure d’un colonialisme triomphant, leur peinture est alors valorisée car elle aide à montrer l’expansion de l’Empire, les progrès du processus colonial engagé et la diversité des peuples qui « bénéficient » de la présence du pays tutélaire.
Parmi ces peintres voyageurs, on trouve des artistes professionnels, même si en Océanie il s’agit le plus souvent de fonctionnaires mutés dans cette « France d’outre-mer ».
Parmi eux s’illustrent Paul et Roland Mascart, à l’héritage calédonien considérable, Henri Dumien, sociétaire du Salon des Indépendants ou Fabien Fabiano, célèbre illustrateur de l’entre-deux-guerres.

 
LA FRANCOSPHÊRE PACIFIQUE : LES PEINTRES DE L’APRÈS-GUERRE 

 Après la Seconde Guerre mondiale, les jeunes artistes français qui ont connu l’Occupation sont nombreux à quitter cette Europe exsangue pour s’évader et découvrir comment on vit autrement.

Dans le Pacifique, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française connaissent des phases de développement inédites : l’amélioration des dessertes maritimes et aériennes, le boom du nickel, la création du Centre d’expérimentation du Pacifique, sont des catalyseurs de progrès économiques locaux.

Des va-et-vient entre les deux territoires sont alors constants et les artistes naviguent de Nouméa à Papeete pour des opportunités de travail ou des expositions. Ils échangent, apprennent des uns des autres, les idées se mêlent et les regards fusionnent.

Avec dans leurs bagages les modernisations de la peinture, ils trouvent de nouveaux moyens d’expression, comme en témoignent les invocations symbolistes de Tatin, l’expressionnisme outrancier de Michoutouchkine ou le surréalisme touchant de Bouloc.

 

 

Nicolaï Michoutouchkine
Takaro Timoli
Huile sur toile, sans date
122 x 63 cm
Fonds d’art de la Ville de Nouméa

 

 

PROGRAMME DES RENCONTRES ET MÉDIATIONS

Durant toute l’exposition, des animations tout public sont proposées. L’entrée est libre et gratuite, sans inscription préalable.


MARDI 29 SEPTEMBRE À 18H
Conférence sur les artistes de l’après-guerre en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie.

SAMEDI 17 OCTOBRE À 14H
Atelier d’initiation au slam à partir de 8 ans. Cet atelier s’appuiera sur le volet Nouvelle-Calédonie des tableaux de l’exposition « Passion de Collectionneurs 2 ». L’après-midi se clôturera avec un spectacle.

SAMEDI 24 OCTOBRE À PARTIR DE 9H
Dans le cadre de l’opération « Rendez-vous au jardin », des ateliers seront proposés tout au long de la journée.

SAMEDI 14 NOVEMBRE À 14H
Atelier d’initiation à la danse « Fusion », un mélange de danse traditionnelle kanak et de hiphop.

JEUDI 26 NOVEMBRE À 18H
Causerie avec des artistes locaux.

SAMEDI 5 DÉCEMBRE À 14H
Atelier de confection de cartes postales en sable coloré à partir de 6 ans.

SAMEDI 19 DÉCEMBRE À 14H
Atelier de créations naturelles sur le thème de Noël (sifflets en feuille de cocotier, couronnes de fleurs végétales, ballons en pandanus), à partir de 5 ans. L’après-midi se clôturera avec des chants de Noël.

SAMEDI 16 JANVIER 2021 À 14H
Atelier d’initiation à une pratique d’art plastique.

SAMEDI 30 JANVIER 2021 À 14H
Clôture de l’exposition avec une initiation au ukelele.

Des médiations à destination des scolaires sont également au programme.
Inscriptions par mail à mediations.culture@ville-noumea.nc

INFORMATIONS PRATIQUES

« Passion de Collectionneurs 2 », du 16 septembre 2020 au 30 janvier 2021.

Maison Higginson, 7 rue Sébastopol, Centre-ville.
Ouverture du mercredi au vendredi de 12h à 18h, et le samedi de 14h à 18h.

Entrée libre et gratuite.

Quartiers : Centre-ville

Lieu : Maison Higginson

Localiser sur la carte